dimanche 2 octobre 2016

Samedi 10 avril 2010 : Les Lagneaux – château de Palteau.

A 10h15, je m’engage dans le bois des Lagneaux puis débouche dans des prairies. Le chemin longe une haie d’aubépines en fleurs. 


En contrebas dans le vallon, le GR 213 atteint la propriété de Fontaine Rouge : sur un plan d’eau, des cygnes noirs et des oies à tête barrée (espèces introduites comme oiseaux d’ornement) ; sur le pré, des oies domestiques qui cacardent à mon passage… Prévenu par les oies, le chien apparaît enfin !
Le sentier va longer le vallon du ru de Bourienne jusqu’à d’anciens aqueducs souterrains au large de Chaumot, puis il monte dans le bois du Parc et atteint la forêt syndicale du « legs Thénard ». Cette forêt a une histoire. Le Baron Thénard, chimiste français collaborateur de Gay-Lussac, était propriétaire d’importants biens provenant de l’ancienne seigneurie de Chaumot. Sa petite-fille et héritière, Caroline Thénard légua ses biens aux orphelins des communes sur lesquelles ces terres se situaient. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, après de longues procédures judiciaires, le « legs Thénard » est créé, géré par un syndicat de communes, permettant de verser aux orphelins une rente jusqu'à leur majorité.
Cette belle forêt aérée, gérée durablement, présente un aspect pédagogique, présentant les différentes essences. Un séquoia géant né en 1999 y est planté en souvenir de la grande tempête.
Le GR poursuit son parcours pour se retrouver au bas d’une dorsale qu’il va gravir dans la ligne de la plus forte pente. Une grimpée rude mais brève qui mène à la Haute-Epine, un hameau perché sur une crête. Ensuite, c’est la descente vers Villeneuve-sur-Yonne.
Je retrouve Viviane à 13h sous les arbres devant le camping où nous avons passé la nuit. Nous mangeons sur place dans le fourgon.
Villeneuve-sur-Yonne est une ville fortifiée créée de toute pièce en 1163 par Louis VII. Des cinq portes d'origine qui perçaient l'enceinte de la ville, il n'en subsiste plus que deux (classées monuments historiques): la porte de Sens et celle de Joigny. Bâties au XIIIe siècle, elles ont été remaniées au XVIe.
Le GR franchit l’Yonne sur le pont Saint-Nicolas qui pénètre au centre-ville, face à l'Église Notre-Dame-de-l’Assomption, digne d'une cathédrale. Par un escalier, il descend sur le quai de la rive droite, promenade  qu’il va longer « extra-muros » jusqu’à la Porte de Sens : véritable petit château avec quatre tourelles d'angle, polygonales à l'extérieur pour la défense et arrondies à l'intérieur. Le sentier de randonnée emprunte une allée qui longe les anciens fossés de la ville transformés en parcs ou jardins individuels. Il quitte enfin l’agglomération par le nord.

La vallée de l’Yonne est considérée comme la limite orientale du Gâtinais. Sur la rive droite, c’est le pays d’Othe. Le pays d'Othe est une région naturelle crayeuse de collines boisées située aux confins des départements de l’Aube et de l’Yonne. Son économie est basée sur la culture de céréales mais compte aussi sur le renouveau de la production du cidre fermier local.
Le sentier chemine d’abord au flanc de la colline qui longe la vallée des Bordes, puis il bifurque vers le sud-est, s’élevant à 178 m au hameau des Giltons, parmi les cultures et les vergers. Il s’abaisse alors vers le vallon du ru Galant, où il traverse le hameau des Thénots avant de remonter par un chemin forestier sur une colline jusqu’au château de Palteau.
J’entends siffler derrière moi. Je me retourne et j’aperçois Viviane qui remonte du vallon. Venue à ma rencontre par un autre chemin, il lui était difficile de me retrouver !
Il est 17h15 lorsque nous arrivons au camping-car stationné le long des murs de l’immense propriété du château.

Nous retournons à Villeneuve-sur-Yonne passer la soirée et la nuit au camping.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire