dimanche 2 octobre 2016

Lundi 18 mai 2009 : Saint-Père – Saint-André-en-Morvan.

On acquitte la nuitée en glissant notre obole dans une boîte à lettres à l’entrée du camping.
A 9h30, je traverse Saint-Père. L’église Notre-Dame du XIIIe siècle présente un beau porche de style flamboyant d’une remarquable élégance. Une vraie dentelle !
Le GR 13, qui a retrouvé brièvement le GR 654 en provenance de Vézelay, passe devant un lavoir et s’élève sur les pentes du mont Libœuf, parmi les champs et les vignes. Sur la colline de Vézelay, 10h sonnent à la basilique Sainte-Madeleine. En plein milieu d’un champ de colza, le GR 654 poursuit son chemin vers Saint-Jacques-de-Compostelle…
Le GR 13 gagne et traverse Foissy-lès-Vézelay. Devant un vieux pigeonnier, il bifurque et monte dans les prés.

Les premières avancées du Massif central et du Morvan succèdent aux dernières ondulations du Bassin parisien. La transition est douce entre les collines calcaires et les monts granitiques.
Poste avancé du Massif central (sa pointe extrême nord-est), le Morvan est une île de granite qui émerge au cœur de la Bourgogne calcaire. D’ailleurs cette île en fut vraiment une, pendant l’ère secondaire, au jurassique.
Pierre-Perthuis : c’est la faille, le granite. Tout change. La Cure sort des gorges, encaissée dans un écrin rocheux.
Sur les vestiges d’un château fort du XIIe siècle à la porte fortifiée, une épitaphe : « Au maréchal de Vauban, seigneur de Pierre-Perthuis ». Nous sommes en effet au pays de Vauban, à proximité de Saint-Léger où il est né, et de Bazoches où il a vécu.
Le GR descend au fond de la vallée, emprunte un vieux pont datant de 1770 qui traverse la Cure au pied d’une falaise granitique. Le lieu est enchanteur. 



L’itinéraire remonte la rive droite de la rivière le long d’escarpements rocheux, contourne l’ancien moulin de Gingon, traverse un ruisseau et atteint le barrage de Malassis. Il monte dans les bois sur un plateau, domine la vallée (beau panorama sur le village en contrebas) et enfin descend jusqu’au pont  sur la rivière à l’entrée du village de Cure.
Je retrouve Viviane de l’autre côté du pont. Nous allons nous garer au beau point de vue où je suis passé auparavant.

Après le repas et la sieste, je continue mon chemin à 15h30 dans les collines ondoyantes du Nord-Morvan. Les prairies, où paissent les blancs charolais, où stridulent les grillons champêtres, sont enserrées de haies.
Le sentier de grande randonnée traverse le ru des Riots sur une passerelle et, à hauteur d’un barrage EDF, pénètre dans le département de la Nièvre. Il s’engage dans un chemin aux ornières inondées, gravit une côte qui mène à Saint-André-en-Morvan.
Au bas du village m’attend Viviane près du pont sur la Cure. Des bergeronnettes des ruisseaux sautillent de rochers en rochers dans le lit de la rivière.

Nous allons passer la soirée et la nuit au camping de Vézelay, face au Morvan.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire